Cannabis et études : ne vous laissez pas enfumer !

Si tu penses que les drogues douces (comme le Cannabis) peuvent t’aider à surmonter ton stress ou si tu penses qu’un petit joint de temps en temps ne fait pas de mal : lis attentivement cet article.

Je ne vais pas jouer au père moralisateur mais simplement t’exposer les résultats de nombreuses études scientifiques qui attestent que la marijuana (ou le shit) ne sont pas compatibles avec la poursuite sereine de tes études, avec ta vie professionnelle et surtout, quelles sont les conséquences sur ta santé.

Cannabis et adolescence

Une étude récente indique que 48% des étudiants de 17 ans, donc généralement en Première ou en terminale, ont déjà fumé un joint. Certains auraient même testé le cannabis dès l’âge de 13 ans ! En pleine période de croissance physique et intellectuelle, des adolescents estiment qu’il n’est pas dangereux d’expérimenté les drogues dites douces. Sans parler des méfaits évidents du tabac et de toutes les substances nocives que tu te contentes de filtrer avec un morceau de carton, sache que fumer régulièrement du cannabis diminue drastiquement tes capacités intellectuelles un fois devenu adulte. On a testé le Q.I de volontaires sur une période de 25 ans, soit des personnes âgées de 13 ans jusqu’à leurs 38 ans. La différence de Q.I était de 8 points à l’avantage évidemment des non-fumeurs. Ça ne te parle pas ? Je vais t’expliquer les conséquences

Les effets néfastes du cannabis sur le cerveau

1 étudiant sur 4 a déjà fumé (44%) et 16% ont une consommation régulière. 18% des consommateurs réguliers présentes des signes d’abus et 1/3 a des hallucinations. Vous êtes 66% à utiliser la marijuana comme un vecteur de détente conduisant éventuellement à l’euphorie. En fait, les substances contenues dans ce type de drogue perturbent gravement ton processus cérébral normal. Car il s’agit bien d’une drogue : demande à ceux qui tentent ou ont définitivement arrêté. C’est très difficile d’autant plus que « ça fait cool de fumer ». Lis ce rapport attentivement :30 % de ceux qui ont abandonné cette mauvaise habitude présentent des troubles du sommeil ; 20% sont devenus extrêmement irritables voir agressifs avec leur entourage, 15 % présentent des troubles sévères de la concentration. Plus grave encore, le fait d’arrêter ne restaurera jamais les fonctions neuropsychologiques abimées pendant ta période d’adolescence. Pourquoi ? Parce que le THC contenu dans le cannabis agit sur l’activité de tes neurones et de tes défenses immunitaires, notamment dans la région du cerveau qui gère la formation de la mémoire et des émotions. 1 adolescent sur 2 fumant régulièrement du shit présente des troubles sociaux.

Tu as des problèmes d’endormissement ou tu rêves d’un sommeil court mais de qualité, lis cet article !

Cannabis et scolarité

Le cannabis affecte donc tes capacités motrices et psychomotrices de manière irréparable parfois. Cette drogue peut amplifier ton audition et ta vision te donnant ainsi le sentiment d’être plus « aware ». En fait, elle modifie ta perception et donc l’appréhension des situations. Tu penses toujours qu’un joint va t’aider à te détendre ? à gérer le stress avant un examen ? à trouver le sommeil ? Certains d’entre vous utilise le cannabis en automédication. Mais les effets néfastes sont imparables : troubles de la mémoire à court terme ou altération des capacités d’apprentissage, crois-tu vraiment que cela soit compatible avec le passage d’examens ? La plupart des étudiants connaissent les effets négatifs sans pour autant diminuer ou arrêter tout simplement. Alors une dernière étude pour te démontrer le sérieux du problème.

Pour une meilleure organisation et moins de stress, lis cet article sur la technique de Pomodoro.

Cannabis et santé

Fumer un joint équivaut à fumer entre 3 et 5 cigarettes de suite : à dose égale, il est 20 fois plus dangereux pour la santé de fumer du shit que du tabac. Le risque de cancer des poumons est multiplié par 5 chez les personnes ayant fumé plus d’un joint par jour pendant 10 ans ou deux joints par jour pendant 5 ans. Je ne te parle pas des bronchites chroniques et autres problèmes respiratoires engendrés par cette pratique.

A long terme, la consommation de cannabis augmenterait de 40 % les risques de développer une maladie mentale (bouffées délirantes, schizophrénie) ou une forme de psychose. Plus la consommation est importante plus les facultés cognitives et psychomotrices diminuent. Certains adolescents sont touchés par des troubles urinaires.

J’espère que ces informations te sont utiles et ont attiré ton attention. Loin de moi l’idée du tout répressif mais cannabis et études ne font pas bon ménage. Dans l’immédiat, tu penses que je me trompe et que, par exemple, les californiens ont tout compris, que c’est très marrant, que ça détend et que c’est pour cela qu’ils ont dépénalisé la consommation récréative. Sache qu’en fait grâce à cette loi, la Californie devient le premier marché au monde de vente de cannabis générant des milliards de dollars dont une majeure partie pour l’Etat. Comme pour les armes, c’est une histoire de gros sous avant de penser à l’humain.

Si tu rencontres des soucis de dépendance, voici un lien pour plus de renseignements et obtenir de l’aide : drogue info service

Partage l'article avec tes amis !

No Comments Yet

Comments are closed

Un Logiciel pour ficher automatiquement vos cours

Télécharge Pandanote, ça prend 30 secondes

  • Prends tes notes dans un éditeur de texte minimaliste
  • Fiche automatiquement tes cours
  • Génère des textes à trous pour tester tes connaissances
  • Disponible sur Mac et Windows
  • Et … c’est gratuit

 

Partage l'article avec tes amis !